vendredi, avril 28, 2006

Nous vous faisons partager une très bonne tribune de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a été la plus jeune Députée de France, élue à 28 ans en 2002 dans l'Esonne. Très sensibles au développement durable, nous partageons son opinion.

"Acheter un produit, c’est acheter le monde qui avec…
Donner du sens à nos achats, c'est finalement redonner du sens au progrès"

A chaque fois que nous faisons un achat nous effectuons, sans toujours être attentifs, des choix de prix et de qualité, mais nous achetons aussi des conditions de travail, de fabrication, des conditions d'utilisation et d'élimination des produits. Tout acte de consommation est une influence directe sur les conditions sociales et environnementales de production.
Comment mener une vie plus équilibrée, plus respectueuse de l'environnement ? Comment mettre en oeuvre, au quotidien, l'article 1er de la Charte de l'Environnement "Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé" et son article 2, "Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement", pour qu'ils deviennent une promesse de responsabilité partagée et assumée ?Le pouvoir d'achat constitue un pouvoir d'influence. Il dessine la société.
Les ressources s'épuisent, les émissions de gaz à effet de serre augmentent et les déchets s'accumulent, alors que nos pratiques nous incitent à consommer sans mesure.
Comment mieux consommer ? Comment passer d'un geste d'égocitoyen à un geste d'éco-citoyen ? L'Etat, les entreprises et les associations se mobilisent désormais. A nous de suivre ce mouvement. Consommer responsable, c'est participer au développement durable, chacun à sa mesure, chacun selon ses moyens. Au quotidien, les recettes d'écocitoyenneté ne manquent pas. Evitons la prolifération des sacs plastiques et préférons les sacs cabas. Evitons les suremballages inutiles, notamment pour les fruits et légumes où la mode des barquettes individuelles sévit! Consommons des produits frais, locaux et de saison sans un excès de conditionnement : ils génèrent moins de transports, donc moins d'effet de serre, et ils contiennent moins de conservateurs chimiques que des produits parcourant de longues distances... Un kilo de fraises en hiver, c'est 12000 litres de kérosène pour venir jusqu'à notre assiette !
Qu'y a-t-il derrière un produit que nous achetons ? Quelles sont ses conditions sociales et environnementales de fabrication ? Par quelles matières est-il constitué (premières naturelles ou transformées) ? Par quelles substances (énergies et ressources consommées) ? Que deviendra-t-il (un déchet seulement ou l'élément d'un nouveau produit) ? Pour consommer mieux, informons-nous.
Les questions abondent, et engagent notre responsabilité à tous. Les "conso-mateurs"ont soif d'être des «consom'acteurs», et des réponses possibles commenceni à émerger : de plus en plus de fabricants et de distributeurs innovent et élargissent leurs gammes de produits verts. Nous devons savoir les identifier, dans une profusion de plus de 140 labels, logos ou signes de qualité en France, et chacun d'inégale efficacité. Consommer n'est jamais un acte neutre. Pour qu'il devienne un acte citoyen, pour qu'il participe de préserver notre santé et notre environnement, il faut pouvoir s'informer et ne retenir que les labels sélectifs (bio, équitable...). Privilégier les produits disposant de féco-label officiel (fleur européenne ou nf-environnement), c'est par exemple avoir la garantie que le produit est plus respectueux de l'environnement tout au long de son cycle de vie, depuis sa conception jusqu'à son élimination. Les écolabels protègent l'environnement comme notre santé, par le choix de matières moins polluantes et moins nocives, tout en gardant des performances d'utilisation identiques.
Les peintures, les lessives ou les textiles par exemple, n'ont pas ou peu de solvants et les colorants utilisés sont moins allergènes.
Ainsi, dans l'acte d'achat, les conditions de fabrication, d'utilisation et d'élimination des produits doivent devenir des critères déterminants. Ils fixent leurs prix, engagent leurs qualités, mais surtout sont porteurs de valeurs. Nous devons en prendre conscience.
Donner du sens à nos achats, c'est finalement redonner du sens au progrès
."
Par Nathalie Kosciusko-Morizet

1 Comments:

Anonymous Humilité said...

Bonsoir,

Un texte qui mérite certaines réflexions bien sur . Pour ce fait je souhaite que la Voix, Vous Charles me donniez votre sentiment à ce sujet afin d'avoir une autre vision et ainsi pouvoir comme dans un jeux de billard, ajuster mon tir. Il est certain qu'il nous faudrait comme au temps de Socrate ou de Platon un forum ou l'on puisse aisément et sans crainte exprimer nos sentiments. Il me semble que la société ne peut qu'avançer comme cela. Pour bâtir, il faut construire.
A Vous lire,
Meilleurs sentiments,
Humilité

29 avril, 2006 20:04  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home