jeudi, février 22, 2007

Le clientélisme permanent s’élève à la Clusaz



Le clientélisme rassemble un ensemble de méthodes, afin de donner à une catégorie de personnes spécialement recensées, des prestations auxquelles elles ont droit, et qui leur sont présentées comme une faveur.


Le champ d’action reste très large : place de crèche, logements sociaux, réservation dans les villages de vacances, secours du comité d’action sociale, réception en mairie ou ailleurs, distribution continue de cadeaux et de gateaux, voyages au profit d’adolescents, accompagnés par des élus propagandistes.


Seul ont accès à ces prestations, ceux que l’entourage du Maire a repéré, comme susceptibles de se laisser attacher par une faveur dont ils ont en partie payé le prix.


Le plus extravaguant c’est que ceux qui ne sont invités à rien, payent une part des avantages offerts aux privilégiés qui bénéficient de tout.


Nous sommes en période de vacances scolaires. Les parents ont souhaité une chambre à l’hôtel municipal de la Clusaz. Le choix des réservataires c’est fait dans le but d’appréhender les suffrages.


Madame le Maire a joué sur tous les tableaux les plus intolérables dans une démocratie. Non seulement elle s’est mise elle-même en vacance avec quelques sympathisants, mais elle a pu aussi se mêler au peuple choisi, dont elle sollicitera la reconnaissance.


En difficulté dans tous les domaines, madame le Maire n’a qu’un moyen à sa disposition, le clientélisme tout azimut et sans vergogne dans des proportions interdites par la loi.


Les oppositions font appel à des sentiments plus nobles.
Les opposants disent que ces prétendues faveurs sont dues à quiconque les reçoit et que ceux qui les reçoivent ne sont redevables de rien quoiqu’on leur laisse entendre.


Dans la brume de l’altitude, madame le Maire va essayer de dissimuler sa férocité, derrière quelques singeries électorales.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home