jeudi, octobre 11, 2007

Vie publique



Dans la vie publique tout est public.
Le bureau de change que madame le Maire utilise comme instrument de chantage ne peut relever de la vie privée, quand il est mêlé à l’élection municipale.

Dés que les vérités font mal, les plumitifs sont convoqués. Ils recommencent l’éloge de la dépense effrénée, de l’impôt majoré, du clientélisme exacerbé, des débordements d’inhumanité.

La piscine ce n’est pas elle.
La médiathèque ce n’est pas elle, sauf l’avenant meurtrier.
Les ZAC ce n’est pas elle sauf celle de Bouygues sur des terrains réservés aux activités.
La trouée verte boulevard Richard Wallace, ce n’est pas elle.

La fontaine sèche n’est pas réalisée pour des raisons qu’il faudra révéler.

Faute d’ouverture, face à un appétit de pouvoir personnel, la stratégie de rapprochement, évoquée par les plumitifs ne peut guère prospérer.


Dans ce contexte, les républicains sont acculés à réaliser l’indispensable union de tous les démocrates.

Quant à ma santé, elle est revenue plus solide qu’avant, en forme de démenti du destin aux espérances indécentes.

Charles Ceccaldi-Raynaud

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Pour moi militant centre droit l'union doit se faire des le premier tour .
Mais qui à sa tete??

11 octobre, 2007 15:54  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home