vendredi, mai 25, 2007

Réponse aux campagnes de déstabilisation conduites par des gens mal informés.
.
.
En campagne électorale est ce que tout est permis? c'est ce que pense un blogueur local mal informé. Il qualifit les élus de Puteaux d'élus racaille. Il devra répondre de ces injures publiques.
Ce blogueur a essayé de faire retirer l'investiture que l'UMP a accordé à Joëlle Ceccaldi pour les législatives à Neuilly Puteaux. Il a échoué.
Cet opposant prend prétexte d'un arrêt qui n'est pas définitif, et qui évoque une diffamation par insinuation.
Dans le même temps d'autres voudraient que soit retiré un arrété municipal qui interdit de photographier des enfants dans un lieux clos comme l'île de Puteaux sans l'autorisation des parents.
En votant massivement contre la candidate socialiste aux élections présidentielles, les habitants de Puteaux ont exprimé leur refus que cet arreté, qui n'a fait l'objet d'aucun recours, soit retiré.
Ils exprimeront le même refus aux élections législatives de Puteaux Neuilly, en votant contre la candidate socialiste.
Le scenario de la difamation surtout par insinuation, n'est qu'un délit de presse et non de gestion publique. Ce n'est pas pas un délit infamant. L'exploitation d'une condamnation qui n'est pas définitive, n'a abouti à rien. Dés lors les adversaires de toujours, choisisent un autre sujet. Ils reparlent pour la énieme fois de la rixe de Puteaux. C'était il y a 37 ans Joëlle Ceccaldi avait 20 ans. Elle n'est en rien concernée par cet affrontement entre colleurs d'affiches.
Quant à Charles Ceccaldi-Raynaud il a été jugé qu'il était complétement étranger à cette rixe. Il n'a été ni comdamné pénalement, ni mis en examen, ni même placé en garde à vue. Il n'était pas concerné.
La famille de la victime de ce malheureux affrontement entre gens de Puteaux et gens venus d'ailleurs, a poursuivi C.C.R par citation directe. Elle a été déboutée et condamnée aux dépens.
La responsabilité civile ne peut être confondue avec une responsabilité pénale. Elle ne porte atteinte à l'honneur de personne.
Merci au blogueur qui a souligné le caractère civil de cette affaire, en ce qui conserne C.C.R.
Même en campagne électorale un adversaire s'honorerait en refusant de diffamer. C'est diffamer de dire que ce sont des militants proches du Maire de l'époque qui auraient tiré. Les débats judiciaires ont prouvé le contraire. Nous attendons des preuves du bluffeur de Puteaux. Il faut remonter 37 ans en arrière pour présenter un faux grief. Il n'y a donc rien à dire de sérieux sur la gestion de Charles Ceccaldi-Raynaud pendant 37 ans.
La Voix

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Monsieur,


Tout d'abord, je suis heureux de voir que votre état de santé est de nouveau au beau fixe.

Je m'interroge - et n'y voyez aucune polémique - vous étes Conseiller général et sauf erreur de ma part en mars 2008, il y a ura des élections pour élire le Conseiller général de notre canton.

Mon interrogation est la suivante : compte tenue de la situation sur notre ville, serez-vous à nouveau candidat ? Ou soutiendrez-vous quelqu'un comme Mr GREBERT ou pourquoi pas le candidat du mouvement démocrate ?

Sachant, que je ne vois pas comment vous pourriez soutenir un candidat UMP !


Très cordialement


Jean-marc

27 septembre, 2007 14:45  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home