vendredi, juillet 14, 2006

Rendre effectif le droit à la mobilité dans les pays membres de l’Union Européenne

La Présidente de l'association culturelle Le Verbe Ailé propose l’instauration (pour un prix n'eccédant pas 50 euros) d’un pass culture Europe pour les 18/25 ans leur permettant de passer 3 jours dans une ville européenne. Ledit projet promouvrait en effet le sentiment d’appartenance à une union européenne, serait une incitation à la découverte, en passant outre un handicap d’ordre social et culturel.

En somme il s’agirait d’introduire sous-jacemment au droit à la formation, un droit effectif à la mobilité. Cette mobilité est en effet encore de nos jours entravée soit par un handicap d’ordre matériel chez les 18/25 ans, soit par l’absence d’intérêt manifesté pour certaines destinations en raison de l’ignorance ou des a priori afférents.Le pass ou pack inclurait donc le voyage, l’hébergement et les visites.

Certaines capitales comme Athènes ou Rome sont des classiques qui ne sont cependant pas connues de tous d’une part, d’autre part, il serait intéressant de cibler les nouveaux entrants dans l’union par exemple la Lettonie et la ville de Riga où se situe le musée de l’occupation communiste de la ville.

Ainsi mettrions nous fin à cette odieuse complaisance envers l’une des formes de totalitarisme. On ne visiterait plus seulement l’ossuaire de Douaumont ou Auchwitz mais également Riga et la mémoire de l’oppression soviétique.

Ce qui a fait la notoriété des fêtes de la musique et du cinéma, ce n’est pas tant l’originalité du projet que la popularisation de ces arts.

Populariser les visites de capitales et autres villes qui méritent d’être connues en Europe, ce serait développer un esprit de tolérance, d’amitié et d’affection entre les différentes composantes de l’Europe.

Donner aux jeunes le goût pour l’ouverture et la découverte, c’est contribuer à leur faculté d’adaptation et ouvrir leur avenir à d’autres possibles.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home